Jeudi 11 novembre 2010 — Dernier ajout lundi 18 novembre 2013

Une maison pas comme les autres Enregistrer au format PDF

Tout le monde connaît Hélène qui anime avec compétence et gentillesse la médiathèque de Preuilly sur Claise. Mais on ne connaît pas forcement son grand projet ….

Tout le monde connaît Hélène qui anime avec compétence et gentillesse la médiathèque de Preuilly sur Claise. Mais on ne connaît pas forcement le grand projet de ce couple. C’est, sur la commune du petit Pressigny la construction d’une maison, d’une la maison qui n’est pas celle de tout le monde. Ils la construisent eux même à l’aide de leur seul bras, aidés néanmoins de ceux de leur famille et de leurs amis.

Ici les parpaings n’ont été admis que pour la fondation. Le reste est bâti à l’aide de matériaux naturels. L’ossature est en bois, cloisonnement étudié pour accueillir des bottes de pailles traitées et enduite de glaise. Isolation de base. Les fermettes qui n’ont rien à voir avec les fermettes des maisons traditionnelles ont été montées « à la force du poignet ». L’isolation des sols et du toit est effectuée à l’aide de laine de chanvre. Le premier enduit est un mélange astucieux de glaise, de paille et de chaux, avec un zeste de maïzena. Ainsi nos constructeurs obtiennent une couche suffisante pour apporter une protection à la paille et conforter l’isolation. Un enduit taloché à la chaux devant parachever le tout.

Tous les matériaux sont locaux. Le plan incliné du sol va faciliter la mise en place d’un système d’apurement naturel à l’aide de plantes des eaux grises. Système basé sur la décantation des graisses et autre salissures dans des bassins successifs afin de rendre en final à la nature une eau propre. Tout est pensé pour réduire le coût et c’est au prix du courage mais aussi de la passion que ce couple poursuit son expérience qui est en fait une leçon de sagesse dans un monde où l’on sait que dame nature ne pourra jamais fournir assez de ressources aux besoins de nos sociétés de consommation. La course à la croissance et la compétition a ses limites. L’état cherche à faire des économies qu’il vienne prendre des leçons dans nos campagnes. Le budget investi dans ce type de maison de l’ordre de 20 000 à 50 000 euros selon les sources, ce qui n’a rien à voir en effet avec les dépenses parfois fastueuses de nos dirigeants.

Le résultat, même si nos amis n’en sont pas au bout de leurs peines est époustouflant de charme. En dehors de l’admiration du courage du jeune couple on est admiratif de la passion et de la préparation méticuleuse qu’ils ont apportée à leur projet. Au-delà de la construction ils ont déjà des projets d’aménagement et de décoration que l’on brule d’impatience de découvrir.

Même internet s’y met puisque de nombreux sites informent et aident ces autocontructeurs. Ne pas confondre avec les autoentrepreneurs. Des forums permettent de trouver des réponses aux nombreuses questions que ces pionniers du monde moderne ne manquent pas de se poser. Des conseils mais aussi des propositions d’aides bénévoles. Notre autocontructeur local prône d’ailleurs l’acquisition de connaissances et d’expériences par l’apport de tel stage sur le terrain. Paradoxalement on manque de recul pour connaître l’efficacité des choix techniques retenus même si ces techniques ont été utilisées par nos lointains ancêtres, il semble que l’on ait pas ou peu conservé de trace de leur savoir faire.

Merci aux artistes.